08 juillet 2006

Google teste un nouveau programme publicitaire contre la fraude au clic

Les éditeurs de site qui affichent des liens sponsorisés Adsense sur leurs pages pourraient être payés au coût par action. Autrement dit en échange d’un achat ou d'un engagement de l’internaute vis-à-vis de l’annonceur.

Google met en place un nouveau mode de rémunération pour son réseau de sites affiliés via Adsense. Ce programme publicitaire permet aux éditeurs de sites de monétiser leurs contenus internet en faisant apparaître des liens commerciaux contextuels sur leurs pages.
Jusqu'à présent, les éditeurs étaient rémunérés au "coût par clic" (CPC), c'est à dire à chaque fois qu'un internaute clique sur un lien commercial. Désormais, Google propose le "coût par action" (CPA) : l'éditeur n'est rémunéré que si ce lien permet de réaliser un achat ou le recrutement d'un nouveau prospect pour l'annonceur. Et ce dernier sera facturé uniquement dans ces deux cas.

Ces nouvelles publicités feront l'objet d'un processus d'enchères distinct au sein d'Adsense. Google espère que les annonceurs seront enclins à miser plus pour obtenir ce type de liens, censés permettre un retour sur investissement plus important.
De leur côté, les éditeurs pourront choisir le type de publicité qui apparaît sur leur site, contrairement à ce qui se passe aujourd'hui. Google les invite d'ailleurs à faire une sélection pertinente selon le contenu qu'ils affichent et à leur donner plus de visibilité sur leurs pages.

Des pubs dans les vidéos

Pour l'instant, le CPA n'est proposé qu'à un nombre limité d'éditeurs, sélectionnés par le moteur de recherche, pour réaliser des premiers tests. La société n'a pas donné de date de lancement officiel.
Pour Google, il s'agit de renforcer son modèle de liens comerciaux à un moment où il subit la critique à cause de la fraude au clic. De plus en plus souvent, des annonceurs se plaignent d'avoir été facturés pour des clics qui ne ramènent pas de trafic réel, car effectués en chaîne par des robots. Avec le CPA, ce genre de pratiques n'aura plus d'effet, puisqu'il faudra qu'une transaction ait été réalisée.
Même si le moteur de recherche n'a pas encore annoncé son intention de généraliser le CPA, il s'agit d'une initiative positive estime l'analyste de Kelsey Group Matt Booth. Selon lui, les concurrents devraient suivre dans la même voie, mais aussi avec des liens permettant d'appeler directement l'annonceur, «qui apportent beaucoup plus de valeur qu'un clic».

Parallèlement à cette initiative, Google démarre l'intégration de publicité dans ses vidéos. Les utilisateurs de son service Google Video auront le choix: soit payer une somme modique pour visionner une vidéo, soit accepter d'avoir une publicité en fin de programme. Il s'agit pour l'instant uniquement d'un test, avec un nombre d'annonceurs et de vidéos limité.

Source : Zdnet - juillet 06

Aucun commentaire: