14 juin 2008

Pub en ligne : Yahoo ferme la porte à Microsoft en signant avec Google

Le portail américain clôt ses négociations avec Microsoft et annonce un partenariat publicitaire avec Google.

Il va afficher sur ses pages de recherche des liens sponsorisés gérés par le sysème AdWords de Google.
Microsoft a définitivement perdu son bras de fer avec Yahoo.
Pire, c'est son rival Google qui ressort grand vainqueur de la saga "Microhoo". Le 12 juin, le portail a annoncé que toutes les négociations en vue de son éventuel rachat, total ou partiel, par Microsoft étaient closes.
Après l'échec de son OPA, l'éditeur de Redmond avait soumis une nouvelle proposition aux dirigeants de Yahoo pour reprendre l'activité de recherche, plus une éventuelle prise de participation au sein du portail. Une reprise du dialogue qui a tourné court puisque Yahoo a maintenu sa préférence à une offre de rachat complète à un prix supérieur aux 33 dollars par action proposé par Microsoft dans sa toute dernière offre.

Quelques heures après son annonce, Yahoo convoquait la presse pour une conférence commune avec Google. Les deux sociétés ont présenté un partenariat noué dans le domaine de la publicité : le portail va faire apparaître des liens sponsorisés en provenance de Google sur ses résultats de recherche. Cet accord devrait lui permettre d'augmenter ses revenus de 800 millions d'euros sur la première année, et d'accroître sa marge brute d'autofinancement de 250 à 450 millions de dollars chaque année.

Yahoo + Google = 50 % des recettes mondiales de la pub en ligne
L'accord porte sur une durée de quatre ans, reconductible deux fois trois ans. Yahoo et Google le mettent en suspens pendant trois mois, le temps que les autorités antitrusts américaines en examinent les clauses. Car à eux deux, ils rassemblent plus de 50 % des recettes mondiales de la publicité en ligne.

Yahoo ne laissera toutefois pas carte blanche à son nouveau partenaire ; il pourra choisir les mots-clés sur lesquels apparaissent les liens sponsorisés de Google, et avoir recours en complément à d'autres solutions publicitaires, l'accord n'étant pas exclusif. Autrement dit le portail va continuer à utiliser sa solution Panama, lancée il y a un an. Le partenariat ne porte d'ailleurs que sur les activités de Yahoo aux Etats-Unis et au Canada.
Reste à connaître la réaction du milliardaire Carl Icahn. Fervent supporter de l'option Microsoft, il mène actuellement une offensive pour renverser le conseil d'administration de Yahoo. À l'annonce de la rupture définitive des négociations, l'action de la société a perdu 10 % à la clôture de la Bourse. De quoi renforcer la position d'Icahn, qui affirme que les dirigeants de Yahoo n'apportent aucune valeur aux actionnaires.

De son côté, Google s'est montré prudent : si Yahoo venait à être racheté ou bien si un changement de contrôle intervenait, une clause permettra à chacune des parties d'annuler le partenariat. Le moteur de recherche engrengerait alors 250 millions de dollars de compensation, si l'annulation intervenait dans les vingt-quatre mois.
Dans le passé, les deux sociétés ont déjà travaillé ensemble. En 2000, un accord était signé pour utiliser la technologie de recherche de Google sur Yahoo. Une collaboration qui a duré jusqu'au début 2004 après que Yahoo ait racheté le moteur Inktomi et le spécialiste des liens sponsorisés Overture.
Source : ZDNET

Aucun commentaire: